Des avions furtifs ou non ?

En conséquence, le F-35 a besoin de toute la bonne publicité qu’il peut obtenir et plus tôt ce mois-ci, l’armée de l’air israélienne s’est conformée, annonçant que ses F-35 avaient déjà effectué des missions de combat. Les FDI ont publié une photo inhabituelle – peut-être provocante – d’un de leurs F-35 volant juste à côté de la capitale libanaise, Beyrouth. Tout cela faisait partie de la campagne de messagerie de plus en plus publique d’Israël; un signal à l’Iran et à ses alliés de l’intention de Tsahal de repousser l’influence iranienne dans la région. Les experts ont remarqué quelque chose d’inhabituel sur la photo. L’avion semblait être équipé de réflecteurs radar pour changer sa signature – dans ce cas peut-être pour le rendre plus visible; en d’autres termes, en niant ses caractéristiques de furtivité. Si cette évaluation est exacte, elle suggère que – bien conscients des puissants radars russes indiscrets en Syrie – les Israéliens veulent révéler le moins possible de la signature radar du F-35 quand ils en ont réellement besoin pour fonctionner en mode furtif. Les avions furtifs sont, en dépit des idées fausses populaires, pas invisibles. Une combinaison de conception soignée et de surfaces de haute technologie et de procédures d’exploitation – les armes transportées à l’intérieur du fuselage de l’avion, par exemple, le rendent beaucoup moins visible aux défenses de l’air. À quelle distance la Russie regarde-t-elle? Les inquiétudes concernant la capacité de la Russie à surveiller la performance de l’avion sont également un facteur dans les tensions croissantes entre Washington et un autre acheteur de l’avion, la Turquie. Ankara a choisi d’acheter jusqu’à 100 avions, dont le premier devrait être livré fin juin malgré l’opposition croissante à l’accord sur Capitol Hill. Mais son inclinaison croissante vers Moscou, et en particulier sa décision d’acheter des missiles sol-air russes avancés, soulève la possibilité pour les techniciens russes de pouvoir espionner électroniquement les modèles opérationnels du F-35 à partir d’un point de vue privilégié. Comme le note Justin Bronk, «étant donné la place absolument centrale de l’avion à réaction dans l’avenir de l’OTAN mélange de combat, ce n’est pas une menace que quelqu’un prend à la légère.  » Source : Bapteme en avion de chasse.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire