Découvrir le Kennedy Space Center

Passez la journée à explorer le fascinant Kennedy Space Center à Cap Canaveral, à seulement 45 minutes d’Orlando. Découvrez l’histoire du programme spatial américain et regardez les superbes films IMAX. Ne manquez pas la chance de marcher sous une fusée Saturn V, obtenez une vue rapprochée de la navette de lancement de la navette spatiale, essayez vos compétences dans un simulateur de navette et faites l’expérience d’un moonwalk virtuel! Le voyage commence dans le théâtre Atlantis avec une vue rapprochée de la navette spatiale Atlantis et plus de 60 expositions interactives. C’est une célébration émouvante des plus grandes réalisations de l’humanité. Ensuite, dans l’Expérience de lancement de la navette, découvrez les sites, les sons et les sentiments d’un véritable lancement de la navette spatiale. Bouclez-vous et préparez-vous pour le lancer dans une cabine d’équipage personnalisée et personnalisée. Dans le centre Apollo / Saturn V, revivez la merveille et l’excitation de l’ère Apollo dans cette exposition unique qui célèbre la réalisation sans précédent de mettre un homme sur la lune et la joie qui a été réalisée en ce moment autour de la monde. De plus, passez en bus après quelques-uns des sites les plus emblématiques de la NASA. Rencontrez un vétéran de l’astronaute de la NASA au Astronaut Encounter Show. Visitez l’impressionnant Rocket Garden, mettant en vedette la première fusée à se libérer de la gravité, et un Mémorial d’Astronautes réfléchissant, honorant les héros déchus de la NASA. Ensuite, en apprendre davantage sur ce qu’il faut pour explorer Mars à Journey to Mars: Explorers Wanted. Enfin, consultez les théâtres IMAX de 5 étages pour des images à couper le souffle capturées par le télescope spatial Hubble, ainsi que la vue d’un astronaute sur l’espace dans Science sur une sphère. Pour les enfants, assurez-vous de vous arrêter dans le Children’s Play Dome, un terrain de jeu à thème unique où les jeunes peuvent décoller dans un vaisseau spatial, grimper sur un mur de roche de la lune, ramper à travers les tunnels de fusée et glisser vers la surface de la lune.

Easyjet deviendra pour partie Autrichienne

Le Britannique easyJet va devenir partiellement autrichienne. C’est la solution de la compagnie pour voler dans l’Union européenne après le brexit. Aujourd’hui easyJet fait encore partie du ciel unique européen. À ce titre elle opère sans restriction dans l’Union européenne. Une liberté de circuler qui pourrait disparaitre quand la Grande-Bretagne aura quitté l’union en mars 2019. La compagnie a alors décidé de s’implanter dans un pays de l’Union européenne, l’Autriche, pour garder son Certificat de transport européen. Il permet de circuler librement. « À cause du Brexit, easyJet c’était réagir ou mourir donc il fallait absolument prendre les devants d’un Brexit ‘dur' » explique Gérard Feldzer, consultant en aéronautique et en transports. Voler librement est indispensable puisque 40 % des vols de la compagnie sont intraeuropéen. La fiscalité réduite, le sérieux des mesures de sécurité et l’aéroport pas saturé justifient le choix de l’Autriche. Le pays deviendra une filiale. Le siège d’easyJet ainsi que les salariés resteront en Grande-Bretagne

Ultraperformance du Rafale

Dans son duel à distance avec le tout nouveau F-35 américain de Lockheed Martin lors du programme de démonstration du Bourget, le Rafale n’avait pas à rougir de ses performances. L’avion tricolore, qui a effectué son premier vol en 1986, s’impose toujours comme l’un des avions de combat au meilleur niveau mondial. Comment expliquer ce paradoxe ? « L’architecture du système d’arme du Rafale est par nature évolutive. Régulièrement, nous apportons des évolutions sur de nombreux systèmes et fonctionnalités de l’avion au premier rang desquels les capteurs comme le radar à antenne active ou les armements », explique l’adjoint au programme Rafale de la Direction générale de l’armement, présent au salon du Bourget. Depuis ses débuts, l’avion de Dassault Aviation a été modernisé par étapes, suivant différents standards selon le jargon aéronautique militaire. Il se prépare ainsi à bénéficier d’une nouvelle modernisation qui répond au standard F3R, en développement depuis 2014. Cette mise à jour repose principalement sur l’intégration de deux nouveaux équipements. D’une part, le nouveau missile air-air de longue portée de MBDA, le Meteor. Ce missile est capable d’atteindre une cible à plus de 200 kilomètres de distance. D’autres appareils de combat en sont déjà équipés comme le Grippen suédois ou le Typhoon du consortium Eurofighter. Toutefois, selon la DGA, le Rafale sera le seul à en tirer la pleine capacité. Pourquoi ? Car il est le seul avion de combat européen à disposer d’un radar de dernière génération, dit à antennes actives, 30% plus performant que les radars classiques. Il est ainsi capable de détecter au plus loin les cibles, jusqu’à plus de 100 Km. La combinaison du missile longue distance et du radar permet au Rafale de bénéficier d’une capacité d’interception sans équivalent selon la DGA. D’autre part, le Rafale sera équipé d’une nacelle de désignation laser d’objectifs au sol, le pod Talios qui va renforcer ses capacités d’attaque au sol. L’équipement fonctionne comme une caméra capable de prendre et de transmettre des photos et des vidéos à longue distance avec une grande résolution. Ces images sont directement visualisables par le pilote depuis le cockpit. La qualité est telle qu’on sait distinguer sur les images si un homme est armé ou non. « Cela va permettre au pilote de gagner en distance d’engagement, d’identification des cibles et de prise de décision en temps réel. Cela réduira également les risques de dommages collatéraux », explique l’expert de la DGA. Son imagerie, opérant à la fois dans les modes infra-rouge et visible, a été testée sur différents type d’environnement (urbain, rural, maritime, montagnard) et permet également de suivre des cibles mobiles. Ce pod a été conçu pour avoir un encombrement similaire à l’équipement de la génération précédente afin de faciliter son intégration sous l’aile de l’avion.

Sydney: hélicoptère et déjeuner

La combinaison parfaite pour ceux qui veulent profiter au maximum de leur journée à Sydney. Comprend les transferts de l’hôtel de ville à l’aéroport de Sydney, après que les passagers du vol aient été déposés dans Circular Quay pour déjeuner chez Meat and Wine Co. Découvrez un superbe vol d’hélicoptère privé de 20 minutes dans un hélicoptère de luxe, choisissez où vous vous asseyez lorsque vous prenez tous les sites de Sydney et ses merveilles côtières. Profitez de ce vol spectaculaire en hélicoptère où vous partez de notre salon privé de l’aéroport Mascot de Sydney, dirigez-vous directement vers la côte et les maisons étonnantes qui abondent les falaises spectaculaires le long de Maroubra et Coogee. Suivre le nord, vous êtes bientôt sur la célèbre plage de Bondi, et ses eaux cristallines avant de passer à South Head dans le port de Sydney. Voir la vue qui rend Sydney si célèbre, du milieu du port en regardant la ville, l’opéra et le magnifique Harbour Bridge, avant de retourner à l’aéroport de Sydney avec les souvenirs de toute une vie.

Ensuite, ce n’est pas fini, vous êtes déposé au superbe restaurant Viaduc Circular Quay pour un généreux repas de 3 plats avec un verre de vin ou de bière. Revivez les souvenirs lorsque vous vous installez pour profiter de la nourriture. Les passagers doivent ensuite revenir à leur hôtel. Plus d’info sur http://www.danslesairs.eu

sydney

Londres en hélicoptère

Découvrez Londres lors d’un vol en hélicoptère de vingt minutes. Survolez la Tamise qui parcourt la ville et découvrez les plus grands monuments de la capitale sous un angle original : Buckingham Palace, Big Ben, the Shard, la Maison du Parlement et beaucoup d’autres. L’hélicoptère comprend cinq sièges passagers en plus du pilote. Ce baptême de l’air en hélicoptère à Londres vous offre une vue panoramique de la capitale Britannique. Pour en savoir plus; https://www.tematis.com/vol-helicoptere-londres.html

Un abus de DHL ?

Le ministre de l’Emploi, Kris Peeters, a demandé à son administration de mener une enquête à la suite d’un reportage réalisé par la VRT qui montre l’abus de contrats journaliers dans l’entreprise de courrier express DHL Aviation. Le reportage rapporte la situation de travailleurs qui depuis plusieurs mois sont employés uniquement et quotidiennement par le biais de ces contrats journaliers. « Ce qui est montré là est choquant. Que des choses comme celles-là puissent se produire en Belgique, à notre époque, est choquant », a souligné M. Peeters, interrogé à la Chambre. Informé du contenu du reportage mercredi, le ministre a demandé à l’Inspection sociale de mener une enquête approfondie. Il a également invité les partenaires sociaux à une réunion afin d’examiner avec eux les carences éventuelles du dispositif d’une convention collective de travail, qui prévoit notamment une forme d’auto-régulation. Mercredi soir, la société de courrier a affirmé qu’elle respectait la législation et qu’aucun travailleur intérimaire n’était occupé plus de vingt jours par le biais de contrats journaliers. Lire en détail sur le site Pilotage Avion.

Smartwings se développe en France

SmartWings, filiale lowcost de la première compagnie aérienne tchèque Travel Service, va renforcer son implantation en France à partir de la saison d’été, avec 20 nouvelles lignes régulières au départ de cinq aéroports, a-t-on appris vendredi à Prague. « Nous observons un accroissement systématique de la demande de nos services en France où nous sommes déjà présents sur le marché des vols charter », a indiqué à l’AFP la porte-parole du groupe, Vladka Dufkova. La compagnie qui tourne ainsi les yeux aussi vers la clientèle individuelle, proposera les vols directs vers des pays européens de la Méditerranée (Espagne, Grèce, Italie, Portugal) et les Iles Canaries, au départ de Paris-Charles de Gaulle, Brest, Lille, Lyon et Nantes. « Cinq avions de type Boeing 737-800 de Travel Service auront désormais leur base principale en France: deux à l’aéroport de Paris-Charles de Gaule, deux à Lyon et un à Lille », a précisé Mme Dufkova, selon qui la compagnie va employer en France quelque 170 personnes. Présente sur le marché des vols affrétés depuis 1997, la compagnie Travel Service exploite des lignes régulières sous le label Smartwings depuis 2004. Sa flotte se compose de 37 appareils dont 32 Boeing 737 et un Airbus A330 et aussi 4 Cessna 680 Citation Sovereign pour les vols privés de catégorie business jet. La compagnie, qui a des filiales en Slovaquie, en Pologne et en Hongrie, et qui possède aussi les 34% des parts du transporteur national tchèque CSA (Czech Airlines) compte élargir sa flotte à 50 appareils, d’ici à 2023. Travel Service a accueilli l’année dernière 6,3 millions de voyageurs, chiffre en hausse annuelle de 9,5%.

Baptême en Fouga Magister

S’il y a bien un cadeau que je n’imaginais pas vivre un jour, c’est cette expérience ! Et pourtant, le mois dernier, j’ai en effet fait un vol en avion de chasse. Ca s’est passé à Rennes, et s’est révélée particulièrement violente ! Pourtant, ça a commencé assez simplement. Ce jour-là, je suis allé à l’aéroport, j’ai rencontré Bastien, le pilote, qui m’a fait un briefing sur les consignes de sécurité. Puis je suis ensuite rendu aux vestiaires pour mettre ma combinaison de vol avant de aller sur le tarmac où m’attendait un appareil au design étrange, un Fouga. L’avion ne correspondait pas à l’image qu’on peut se faire d’un avion de chasse, mais a été l’appareil de la Patrouille de France pendant près de 20 ans : autant dire qu’il envoyait du lourd, niveau sensations ! Je me suis hissé dans le cockpit, et quelques minutes plus tard, on était parés au décollage. C’est difficile de décrire ce qu’on éprouve lorsque je me suis retrouvé face à la piste, prêt à décoller. C’est un mélange de peur et de l’enivrement résolument unique. Un peu ce qu’on peut ressentir lorsqu’on est enfant et qu’on se retrouve sur le grand plongeoir de la piscine. On a envie de faire demi-tour, sauf que tout le monde vous regarde. On se met soudain à regretter de s’être laissé embarquer là-dedans. Pourtant, les premières minutes, il n’y a pas de quoi en faire des histoires. C’en était presque décevant, d’ailleurs. Je n’ai pas ressenti l’accélération au décollage, et les premières minutes ont consisté en un simple vol de découverte, plutôt tranquille à mon goût. Mais ce n’était que le temps de prendre mes repères. Parce que quand a entamé la voltige aérienne, j’en ai pris pour mon grade. Dès la première vrille, j’ai compris que ça allait être énorme. Les acrobaties se sont enchaînées sans relâche. La voltige n’a pas duré longtemps, mais lorsqu’on a pris le chemin du retour, on aurait dit que j’avais couru des heures sous le cagnard. Et vous savez ce qu’il y a de pire ? C’est que j’ai adoré ce vol ! Si j’en avais l’occasion, je recommencerais sans hésiter un seul instant. Je mets le lien vers mon vol en fouga magister.

Aigle Azur ouvre Bordeaux et Alger

Aigle Azur va renforcer sa présence commerciale dans la région du sud-ouest avec l’ouverture de la ligne Bordeaux-Alger durant la période estivale. Le nouveau vol sera effectué chaque vendredi du 16 juin au 8 septembre inclus, aux horaires suivants :
ZI737 Bordeaux – Alger 14h00 14h40 Vendredi
ZI738 Alger – Bordeaux 10h20 13h00 Vendredi
Avec le lancement de la liaison Bordeaux-Alger, Aigle Azur étend son réseau régulier dans la région sud-ouest et permettra aussi de combiner ces vols saisonniers à ses routes déjà existantes à l’année entre Toulouse et l’Algérie. Aigle Azur proposera donc des vols vers l’Algérie depuis 7 villes en France pendant la haute saison estivale. Cette nouvelle ligne sera effectué en Airbus A320 mono-classe.