Bombardier rejette la poursuite en secret commercial contre MRJ

Bombardier rejette la poursuite en secret commercial contre MRJ

Bombardier a ramené la MACA (Mitsubishi Aircraft Corporation America) devant un tribunal fédéral, entamant de nouveau une action en justice pour vol de secrets commerciaux liés à la certification CSeries et aux systèmes Global 7000.

L’avion basé à Montréal a affirmé que le programme Mitsubishi Regional Jet avait tiré parti de ces secrets.

« Bombardier a déposé une plainte modifiée qui clarifie la relation entre les défendeurs et fournit des informations supplémentaires sur le préjudice subi par Bombardier du fait des actions illégales de [Mitsubishi Aircraft] », explique Bombardier dans une déclaration à FlightGlobal.

« Bombardier continuera à faire respecter ses droits et veillera à ce que tous les malfaiteurs soient tenus pour responsables », ajoute-t-il.

Selon le procès reproché, le départ du personnel du programme MRJ a retardé la certification du Global 7000, que Bombardier a depuis renommé le 7500, et du CSeries, qui est devenu le A220 après que Bombardier a vendu la propriété majoritaire du programme à Airbus en 2018.

«À la suite des actions des accusés… Les efforts de certification de Bombardier pour ces avions ont été retardés de plusieurs mois», indique la poursuite.

Quelque 92 anciens employés de Bombardier travaillent actuellement sur le programme MRJ, a indiqué le fabricant.

Mitsubishi Aircraft n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires, mais a précédemment déclaré qu’il niait tout acte répréhensible et qu’un procès n’affecterait pas la certification de MRJ.

L’affaire a débuté en octobre 2018 lorsque Bombardier a poursuivi MACA, sa société mère au Japon, Mitsubishi Aircraft, la société américaine d’essais en vol AeroTec et plusieurs anciens employés de Bombardier.

Bombardier a allégué que les anciens membres du personnel avaient volé des secrets commerciaux en quittant Bombardier pour occuper des emplois dans le cadre du programme MRJ, en violation des lois sur les secrets commerciaux fédérales et de l’État de Washington.

Plus tôt en avril, un juge fédéral avait rejeté les réclamations de Bombardier contre MACA, affirmant que Bombardier n’avait pas réussi à prouver que MACA était au courant de ces secrets.

Le juge a laissé en place les comptes contre Mitsubishi Aircraft et a donné 15 jours à Bombardier pour se représenter à nouveau, ce que Bombardier a fait fin avril.

La poursuite reprochée soutient que la MACA était au courant des secrets commerciaux et que Mitsubishi Aircraft avait utilisé sa structure d’entreprise pour protéger la société affiliée MACA de toute responsabilité. becker avionics Les sociétés sont essentiellement une seule et même, affirme Bombardier.

Objectif zéro émission pour Quantas

L’industrie aéronautique, actuellement responsable d’environ 2% des émissions mondiales de CO2, s’efforce de se corriger et de réduire ce nombre de moitié au cours des trois prochaines décennies. Maintenant, suite à une promesse similaire de la part de International Airlines Group (IAG), Qantas s’engage et vise à atteindre zéro émission d’ici 2050. Toutefois, certaines mesures, comme les moteurs d’avions électriques, sont encore «quelque temps» éloignées.

Le 11 novembre 2019, Dans les airs la compagnie aérienne a annoncé son intention de s’engager à réduire à zéro les émissions nettes d’ici 2050. Dans le même temps, Qantas s’engage également à limiter ses émissions nettes aux niveaux de 2020. En particulier, Qantas, Jetstar Australia, Jetstar New Zealand, QantasLink et Qantas Freight ont promis de compenser toute la croissance de leurs émissions résultant d’opérations nationales et internationales à partir de 2020.

Pour atteindre zéro émission au cours des trois prochaines décennies, Qantas a présenté un certain nombre d’initiatives, parmi lesquelles l’innovation est essentielle.

“L’innovation va être la clé. Nous investissons 50 millions de dollars pour lancer, espérons-le, un durable des carburants pour l’aviation en Australie », a déclaré Alan Joyce, PDG de Qantas Group, dans un communiqué. « Nos propres essais nous ont appris que la technologie fonctionne, mais nous devons passer à une échelle de production où elle constitue un substitut pratique ».

Pour atteindre cet objectif, le transporteur australien s’est engagé à travailler avec les constructeurs d’aéronefs et de moteurs sur la technologie de nouvelle génération, tout en admettant que «des innovations telles que les moteurs d’avion électriques sont encore à venir». Il envisage également de collaborer avec l’industrie, les instituts de recherche et les gouvernements afin d’élaborer des «solutions à long terme».

La compagnie aérienne prévoit d’investir 50 millions de dollars dans le développement durable de l’industrie du carburant d’aviation au cours des dix prochaines années, estimant que ce carburant peut réduire les émissions de carbone de 80% par rapport au carburéacteur traditionnel, mais qu’il en coûte presque le double.

Qantas devient le deuxième groupe aérien à s’engager à réduire à zéro ses émissions d’ici 2050. IAG a déjà fait cette promesse en octobre 2019. La groupe aérien a également présenté un certain nombre d’initiatives pour atteindre cet objectif, notamment un engagement de 400 millions de dollars d’investissements durables dans le carburant aviation et la promesse de British Airways de compenser les émissions de carbone de tous ses vols intérieurs britanniques à partir de 2020.

Lockheed démontre l’efficacité de son armement laser

Le fournisseur d’outils n ° 1 du Pentagone, Lockheed Martin Corp, a exposé récemment son processus d’arme laser pour la You.S. Air Power, en collaboration avec un gouvernement, a analysé une variété à Fort Sill (Oklahoma), dans laquelle le programme a correctement engagé et entraîné un nombre inférieur de drones à voilure fixe et rotative. Le système de contrôle innovant d’importance de la vitalité (ATHENA) innovant a été traité dans un environnement de travail très entièrement protégé au moyen d’un système de contrôle gouvernemental (C2) et d’une unité de détection radar. La trajectoire radar a été donnée aux aviateurs qui ont utilisé ATHENA en utilisant des signaux de la C2, puis le directeur de faisceau d’ATHENA a pivoté, acheté, suivi et conquis le drone à l’aide d’un laser de grande puissance. La validation de ce style de fonctionnalité de chaîne d’abattage complète a été prise en compte par votre système You.S. Air frais Pousser de concert avec les autres divisions de la Division de la sauvegarde, il reste également nécessaire que les outils laser s’opposent aux dispositifs aériens sans pilote (UAS) sur le champ de bataille. «Nous avons vu dans les derniers titres que ce type d’outil de lampe laser est indispensable pour dissuader les types de voitures sans pilote. C’est donc un moment excitant pour les personnes comme nous qui voient des aviateurs se mesurer à l’innovation technologique vitale de Lockheed Martin. ATHENA a changé pour que l’incorporation et la rapidité soient importantes et cela reste une capacité peu coûteuse pour le combattant », a déclaré Sarah Reeves, vice-présidente des cours de sauvegarde des missiles de Lockheed Martin. Lockheed Martin a mis au point le programme ATHENA afin de l’inclure sans faille et de fournir une capacité de contraction par drone très efficace par rapport aux dépenses, avec le groupe d’appareils avec lequel le combattant travaille. ATHENA a été géré par des ouvriers de l’US Air Force dans le cadre de cette manifestation. Il pourrait également éliminer de nombreux drones lors de combats représentatifs de ce qui reste rencontré par You.S. Poussées armées ces jours-ci. La stratégie de la grande vitalité d’ATHENA est transportable et permet ainsi à l’environnement Drive de l’installer là où il le faudra pour protéger ses bases et en faire profiter ses biens. Lockheed Martin fait partie des plus grandes entreprises du secteur de l’aérospatiale, de la sécurité, de la sûreté et de l’innovation technologique. Il s’agit du plus important sous-traitant de la défense au monde sur la base des revenus de l’exercice financier 2014. En 2013, 78% des revenus de Lockheed Martin provenaient des revenus des forces armées. parmi les contractants du gouvernement fédéral, il a dominé la liste et presque 10% des fonds ont été payés via le Pentagone. Source: baptême en avion de chasse

A quand des avions réellement électriques ?

Greta Thunberg, militante en faveur de l’environnement, a été contrainte par la mer de traverser l’océan Atlantique par voie maritime plutôt que par air. Selon l’UE, l’aviation est responsable d’environ 3% des émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine et, avec une croissance du trafic aérien qui devrait doubler au cours des 20 prochaines années, ce chiffre ne fera que s’accroître. Sophie Hand, responsable pays pour le Royaume-Uni chez EU Automation, fournisseur d’équipements d’automatisation, décrit quelques développements récents dans le domaine des avions électriques et discute de l’avenir de l’industrie.

Chaque minute, 84 vols décollent dans le monde et, en 2018, plus de quatre milliards de voyages ont été effectués en avion. Il est vrai que les avions d’aujourd’hui consomment 80% de carburant en moins par passager par kilomètre par rapport à il ya 50 ans, mais le trafic aérien augmente rapidement. Outre les implications environnementales, les compagnies aériennes ont une autre motivation à opter pour le passage à l’électricité.

Les compagnies aériennes dépensent de 25 à 50% de leurs coûts en carburéacteur – 180 milliards de dollars par an. année au total – le passage à l’électricité est une évidence. Du point de vue des passagers, les avions électriques pourraient signifier des billets moins chers et des vols plus calmes. Selon le cabinet de conseil Roland Berger, le nombre d’avions électriques en développement a augmenté de 50% en 2018, passant à 170, et les investissements ne devraient qu’augmenter.

Et après?

Malgré tout le battage publicitaire entourant le vol électrique, l’industrie est encore loin d’atteindre un vol commercial électrique généralisé. Actuellement, le vol électrique est limité aux petits avions qui parcourent de courtes distances. L’une des principales limites est le poids des batteries – parce qu’elles offrent un rapport poids / puissance bien inférieur aux moteurs à réaction traditionnels, elles sont extrêmement lourdes – et nous savons tous à quel point les compagnies aériennes peuvent avoir du poids.

En utilisant des matériaux composites innovants, il est possible de gagner jusqu’à 70% de poids sur les composants clés. Sinon, en utilisant l’impression 3D sur métal, qui n’ajoute du matériau que là où il est nécessaire et peut produire des structures en treillis, les fabricants peuvent réduire le poids. La conception d’avions plus légers et de meilleure qualité fait partie de la solution, mais nous avons vraiment besoin d’une densité d’énergie plus élevée de la batterie.

Qui est en tête?

Les entreprises aérospatiales, grandes et petites, travaillent sur des avions électriques. Airbus collabore avec Siemens et Rolls Royce au développement d’un démonstrateur de transport aérien hybride, utilisant deux moteurs électriques et une durée de vol de 60 minutes.

Alice est un autre projet passionnant présenté au salon du Bourget 2019 par la société israélienne Eviation. Développé à partir de matériaux composites à 95%, l’avion pourra transporter jusqu’à 1046 km jusqu’à 9 passagers, en utilisant une hélice propulsive principale sur sa queue et une sur chaque aile. La société utilise Siemens et MagniX pour fournir les moteurs électriques.

La société Ampaire, qui adopte une approche légèrement différente, France Avion est en train de développer un avion électrique amélioré qui devrait être certifié par la FAA d’ici la fin de 2020. Son autonomie sera de 100 milles. capable de transporter sept à neuf passagers.

À ce stade, un vol électrique de courte à moyenne portée semble réalisable et se profile à l’horizon. Cela fera une différence – Roei Ganzarski de MagniX affirme que deux milliards de billets d’avion sont vendus chaque année pour des vols de moins de 500 miles. Toutefois, selon le Groupe d’action du transport aérien, environ 80% des émissions de dioxyde de carbone de l’aviation proviennent de vols de plus de 1 500 km. Le chemin à parcourir est donc long.

Il semble probable que les avions hybrides constitueront la prochaine étape pour l’industrie, plutôt que des avions entièrement électriques. Les hybrides pourraient combler l’écart jusqu’à ce que les exigences technologiques en matière d’aéronefs électriques soient remplies, car ces engins permettront d’économiser du carburant tout en conservant de nombreux avantages en termes de performances des moteurs modernes à turbines à gaz ou à hélices.

D’autres développements dans la technologie des batteries et dans la conception des avions sont nécessaires pour que les avions électriques décollent réellement. Jusque-là, les environnementalistes devront peut-être voyager par bateau. Les fabricants soucieux de l’environnement et soucieux de rendre leurs processus plus écologiques pourraient opter pour un composant d’automatisation remis à neuf ou réusiné, afin d’économiser de nouvelles pièces et de réduire le nombre de composants dans les sites d’enfouissement.

Jetlines annule son lancement

Ce qui était supposé être la toute dernière entrée sur le marché des compagnies aériennes canadiennes, Canada Jetlines, semble avoir malmené son objectif de voler le 17 décembre 2019. Citant la concurrence déloyale de la filiale à très bas coût de WestJet, Swoop, la société rapports ont indiqué que le personnel avait été licencié et reportait la date de son premier vol. Jetlines n’a pas pu atteindre son objectif d’acquérir les 40 millions de dollars nécessaires au démarrage de ses activités et a immédiatement perdu deux de ses principaux investisseurs, SmartLynx et InHarv ULCC Growth Fund. Les deux compagnies ont exercé leur droit de mettre fin à leur engagement d’investir dans la compagnie aérienne canadienne. Un représentant de SmartLynx a confirmé à AeroTime que l’opérateur ACMI avait mis fin à son investissement dans Canada Jetlines. Tant que la société ne trouvera pas de nouveaux investisseurs pour financer ses opérations, la compagnie à très bas coût ne paiera pas de dépôts sur ses deux appareils Airbus A320, que Jetlines est censé recevoir en novembre La compagnie aérienne a résilié les contrats avec tous les employés, à l’exception des membres de l’équipe centrale qui sont encore en train de parler aux investisseurs. En outre, l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) a également suspendu temporairement la négociation des actions de la compagnie aérienne afin de «garantir un marché juste et ordonné», une pratique courante de l’organisme de réglementation.

Glissez dedans, volez dehors Craignant un nouvel entrant sur le marché, le duopole des compagnies aériennes canadiennes (Air Canada et WestJet) réagira de manière agressive à l’encontre de la tentative de Jetlines de pénétrer ce marché, a expliqué la compagnie. En particulier, la filiale de WestJet, Swoop, abaisse le prix des billets à des niveaux aussi bas que «les coûts évitables» et augmente la capacité «au-delà de ce que le sens économique pourrait dicter». Le rapport suggère que sur les liaisons sur lesquelles Jetlines et Swoop seraient en concurrence, les tarifs sont inférieurs aux coûts d’exploitation des deux compagnies. Sur la base de ce qui précède, La direction de Jetlines a témoigné devant le Bureau canadien de la concurrence de janvier à juillet 2019. Pour cimenter son message concernant la lutte du transporteur à très bas coût contre le duopole, la compagnie aérienne a organisé une manifestation dans le ciel le 24 juillet 2019 et a entamé une pétition visant à «enfin rendre les tarifs aériens canadiens justes». Swoop, qui a fêté son premier anniversaire le 20 juin 2019, dispose d’un réseau de routes et d’une flotte relativement modestes. Il dessert 17 destinations à travers l’Amérique du Nord avec huit Boeing 737NG. Une autre startup, appelée Enerjet, vise également à perturber le duopole au Canada. La société, créée par Tim Morgan, ancien administrateur et chef de l’exploitation de WestJet, en collaboration avec Indigo Partners, qui détient des participations dans plusieurs transporteurs à bas coûts, dont Wizz Air, Les breves aero et un consortium d’investisseurs canadiens ont annoncé leur intention de se lancer en 2019 le 20 décembre 2018.

Nordica stoppe ses vols commerciaux

Depuis le 27 octobre 2019, la compagnie aérienne estonienne Nordica n’effectue plus de vols à destination et en provenance de Vilnius (Lituanie), Copenhague (Danemark), Trondheim (Norvège), Vienne (Autriche) et Kyiv (Ukraine). Les vols sont repris par LOT Polish Airlines et sont désormais proposés avec une escale à Varsovie (Pologne).

Les cinq liaisons se sont révélées non rentables et sont suspendues jusqu’à ce que la situation concurrentielle s’améliore, a expliqué le porte-parole de la compagnie aérienne à AeroTime News. Nordica continuera d’exploiter une liaison suédoise d’obligations de service public (OSP) entre Stockholm-Arlanda (ARN), Arvidsjaur (AJR) et Gällivare (GEV) pendant les quatre prochaines années et participe à d’autres appels d’offres.

« En juin, la compagnie aérienne virtuelle estonienne Nordica a annoncé la suspension, à compter du 27 octobre de cette année, de la vente de billets et des vols sur des lignes desservies par Tallinn sous sa propre marque, afin de se concentrer uniquement sur les appels d’offres et les vols charters », aviation information a déclaré Toomas Uibo Nordica Aviation Group. Communications a déclaré à AeroTime News. «La concurrence et la surabondance de sièges sur les liaisons de Tallinn ne nous permettent pas de fonctionner de manière rentable, aujourd’hui. Afin de maintenir son état de préparation et sa capacité à fournir les liaisons aériennes régionales nécessaires avec l’Estonie à l’avenir, Nordica continuera à fournir des services aériens et LOT assurera la vente des itinéraires et des billets, et assumera le risque commercial ».

Dès le 1er août 2019, Nordica avait déjà transféré ses vols vers Bruxelles (Belgique) et Stockholm (Suède), avertissant les passagers des modifications de numéros de vol et du fait que toute la responsabilité de ces vols (y compris les modifications de billet, les réservations et les remboursements d’annulation) ) avait également été transférée à la compagnie aérienne polonaise.

Parallèlement, le fournisseur de capacité Regional Jet, filiale commune de Nordica (51%) avec LOT (49%), reste rentable et continue de fournir des services aériens à LOT, SAS et à des partenaires contractuels européens et se prépare à prendre de l’expansion en 2020.

Jet régional exploite actuellement une flotte de 19 aéronefs, soit 12 CRJ et 7 ATR72. L’année suivante, la compagnie aérienne ajoutera ses premiers Embraer E-Jets, ajoutant un total de dix nouveaux appareils à sa flotte.

Un vol de 19 heures

La compagnie australienne Qantas effectue actuellement son premier test d’un vol ultra-long courrier entre New York et Sydney, un voyage de près de 20 000 kilomètres qui devrait durer environ 20 heures sans escale. Le vol QF7879 a décollé le 18 octobre 2019 et arrivera à destination le 20 octobre 2019. Il s’agit du premier de trois vols d’essai appelés Project Sunrise, réalisés en collaboration avec le centre Charles Perkins de l’Université de Sydney et visant à l’impact de ces longs vols sur la santé des passagers. Le nouveau Boeing 787-9 Dreamliner embarquera au maximum 40 personnes, équipage compris, afin de minimiser le poids et d’assurer l’autonomie de carburant nécessaire. Six passagers volontaires du programme Qantas Frequent Flyer « seront équipés de dispositifs portables et suivront un horaire spécialement conçu pour le sommeil, la nourriture et les boissons, ainsi que pour les déplacements physiques », a déclaré le transporteur dans un communiqué de presse. Leur niveau de mélatonine, l’hormone du sommeil, sera également surveillé. La compagnie aérienne étudiera l’impact de l’environnement de la cabine, les menus de nourriture et de boissons et les horaires de service pour s’adapter au fuseau horaire de destination. Il y a une différence de 15 heures entre New York et Sydney. La vigilance des quatre pilotes et des six membres de l’équipage de cabine sera également surveillée à l’aide de moniteurs d’activité, de journaux de sommeil et de journaux de repos et de vigilance, ainsi que de caméras montées dans le cockpit. Qantas vise à trouver des solutions pour maximiser la vigilance pendant les opérations et le repos pendant le temps libre sur ces vols. Qantas a déjà mené une étude sur les stratégies de sommeil des passagers sur certains de ses vols long-courriers. Certaines de ces conclusions initiales seront ensuite évaluées dans le cadre des vols de recherche spécialisés.

«Chaque fois qu’un nouvel avion nous permet de voler plus longtemps, les gens s’interrogent naturellement sur le facteur de confort», a déclaré Alan Joyce, PDG du groupe Qantas, ajoutant que «le vol le plus long de notre réseau aujourd’hui, Perth-Londres, a notre plus haut taux de satisfaction client montre que vous pouvez service ultra-long dont bénéficient les passagers ». En plus du Boeing 787-9 Dreamliner, Flightglobal a annoncé qu’Airbus envisage de proposer à son A350-1000 de participer au projet Sunrise, la documentation récente indiquant que l’avion peut désormais fonctionner avec une portée suffisante. L’AIPA (Association des pilotes australiens et internationaux), principal syndicat des pilotes de Qantas, a toutefois averti que ces tests pourraient ne pas suffire à évaluer la faisabilité de ces vols en matière de santé. Les vols d’essai « sont des services spéciaux limités à un nombre très réduit de passagers et d’équipage », a déclaré Mark Sedgwick, président de l’AIPA, dans un communiqué de presse. «Il faudrait travailler davantage sur la gestion des risques de fatigue, France Avion en examinant en particulier les effets cumulatifs des opérations à long terme sur l’équipage». Actuellement, la liaison aérienne commerciale la plus longue au monde est une liaison entre New York et Singapour lancée en 2018 par Singapore Airlines. Opéré sur un A350-900 ULR, il dure environ 18 heures.

American s’associe à GOL

Après que le projet proposé par American Airlines avec le groupe chilien LATAM Airlines ait été stoppé, le transporteur américain pourrait de nouveau courtiser le transporteur brésilien à bas prix GOL Linhas Aereas Inteligentes pour contrer le contrat de son rival avec Delta Air Lines poursuivre sa stratégie en Amérique du Sud.  American Airlines et GOL, le deuxième plus important transporteur brésilien, négocient actuellement un partenariat qui pourrait «intégrer les vols entre les deux compagnies aériennes latino-américaines», selon un rapport publié dans le quotidien brésilien Valor Economico, qui cite des sources proches du dossier. Les deux sociétés seraient en pourparlers depuis le 26 septembre 2019, date à laquelle Delta a conclu un accord avec la compagnie aérienne chilienne LATAM, écrit le journal brésilien.  Fait surprenant, le 26 septembre 2019, Delta a annoncé son intention d’investir 1,9 milliard de dollars dans une participation de 20% dans LATAM, ainsi que 350 millions de dollars supplémentaires pour soutenir la mise en place d’un partenariat stratégique entre les deux compagnies aériennes. En tant que membre de accord, Delta devrait acquérir quatre appareils A350XWB d’Airbus auprès de LATAM et assumer l’engagement pris par la compagnie chilienne d’acquérir 10 A350 supplémentaires devant être livrés à partir de 2020 jusqu’à 2025.   Couper les liens  Voici où les choses deviennent intéressantes. Le nouveau partenariat entre Delta et LATAM pourrait potentiellement entraîner un remaniement au sein des alliances entre compagnies aériennes: Delta est un membre fondateur de l’alliance SkyTeam, tandis que American Airlines est un membre fondateur de Oneworld. En raison d’un conflit d’intérêts, LATAM quittera Oneworld, selon un communiqué officiel, et rompra ainsi ses liens avec son partenaire en partage de code, American Airlines.   Parallèlement, Delta supprime ses relations avec nul autre que GOL, ayant par la suite vendu sa participation de 9% dans le transporteur brésilien, comme l’indiquent les derniers résultats trimestriels de la société. American avait déjà conclu un accord de partage de code avec GOL avant que Delta n’achète une participation minoritaire dans la compagnie aérienne en 2011; il serait donc logique que le transporteur américain renouvelle sa relation avec la compagnie aérienne brésilienne à la lumière du rapprochement entre Delta et LATAM.   « Nous sommes toujours en contact avec des partenaires potentiels pour développer le plus grand réseau au monde », a déclaré une porte-parole d’American Airlines au Dallas Morning News. «Nous continuerons à rechercher des partenariats qui ont du sens pour nous et nos clients».  Cela doit être une pilule amère à avaler pour American, qui travaillait depuis 2016 sur une joint-venture avec LATAM, avec British Airways et Iberia. Au début de cette année, en mai 2019, la Cour suprême du Chili avait rejeté un accord de quatre membres de Oneworld en raison de préoccupations antitrust, a rapporté Reuters à l’époque.   « Dans les huit pays couverts par ce nouvel accord commercial commun, les clients auront accès à près de 330 destinations, dont 100 destinations sud-américaines de plus que le réseau américain actuellement desservi », a déclaré Doug Parker, ancien président et chef de la direction d’American Airlines, dans une nouvelle. libérer initialement l’annonce l’entreprise commune proposée.   Maintenant que Delta intervient pour combler le fossé, la société affirme que son partenariat stratégique avec LATAM permettra aux deux compagnies aériennes de devenir le principal concurrent des cinq plus importants marchés d’Amérique latine en provenance des États-Unis. Les deux transporteurs prévoient de desservir 435 destinations dans le monde entier. et transporter plus de passagers entre l’Amérique du Nord et l’Amérique latine « que tout autre partenariat », selon un communiqué de presse officiel. Il convient de noter que cet accord reste « soumis aux conditions de clôture habituelles et à toutes les approbations gouvernementales et réglementaires requises, y compris l’immunité antitrust ».   Que le projet de Delta prenne son envol ou non, le partenariat qu’il propose avec LATAM n’est pas le premier accord conclu par le transporteur américain en Amérique latine. En 2017, Delta a conclu un accord de coopération sur des vols transfrontaliers avec son partenaire SkyTeam, Aeromexico, et détient actuellement une participation de 49% dans Grupo Aeromexico, la société mère du transporteur pavillon mexicain. Source : vol en hélicoptère

3 737 NG immobilisés en Indonésie à cause de fissures

Les autorités indonésiennes de l’aviation civile ont immobilisé trois Boeing 737NG plus anciens après que les inspections eurent révélé des fissures structurelles. Parmi les trois aéronefs, deux appartiennent à Sriwijaya Air, tandis que le troisième appartient à Garuda Indonesia, Aviation Pilot indique la Direction générale de l’aviation civile (DGCA). La décision d’inspecter – puis de rectifier – le populaire corps étroit suit une directive de la Federal Aviation Administration (FAA) américaine autorisant les transporteurs américains à inspecter leur flotte de 737NG à la recherche de fissures. Au cœur des inspections se trouve un matériel connu sous le nom de « fourchette de cornichon », qui relie l’aile au fuselage des Boeing 737-800. La fissuration du matériel pourrait entraîner une défaillance structurelle, ce qui affecterait l’intégrité de la structure de l’avion et entraînerait une perte de contrôle. La commande obligeait les compagnies aériennes à inspecter 1 911 737NG immatriculés aux États-Unis, y compris les avions des séries -600, -700, -800 et -900, qui ont tous effectué plus de 30 000 cycles de vol.

La FAA a depuis lors conseillé l’aviation civile mondiale autorités de contrôle vérifient les flottes de 737NG de leurs compagnies aériennes respectives. Le 10 octobre, la DGAC indonésienne a publié sa consigne de navigabilité pour les inspections au 737NG. Jusqu’à présent, les trois aéronefs appartenant aux deux transporteurs ont été retrouvés avec des fissures structurelles et ont été immobilisés au sol, dans l’attente de nouvelles recommandations de Boeing, a déclaré l’autorité. Les transporteurs du groupe Lion Air, parmi lesquels Lion Air et Batik Air, ne disposaient pas de 737NG avec plus de 30 000 cycles de vol, ajoute le communiqué. La DGAC a également fait écho à la directive de la FAA invitant les transporteurs indonésiens dotés de 737 GN qui ont enregistré entre 22 600 et 29 999 cycles à les inspecter au cours des 1 000 prochains cycles de vol. Dans une mise à jour du 10 octobre, Boeing a indiqué que les compagnies aériennes avaient découvert 38 fissures sur la flotte mondiale de 737NG. On ne sait pas si Garuda et Sriwijaya faisaient partie de ce nombre. Les deux transporteurs rejoignent des transporteurs tels que Southwest Airlines et Gol pour échouer certains de leurs plus vieux 737NG présentant des fissures. Southwest a enlevé deux 737NG des avions mis hors service en raison de fissures structurelles découvertes lors des inspections, tandis que la société brésilienne Gol a immobilisé 11 avions pour réparation et remplacement après avoir terminé l’inspection de sa flotte de 737NG. Les données de la flotte de Cirium indiquent qu’il existe 213 737 GN opérant avec des transporteurs indonésiens, dont 141 737-800 et 72 737-900ER. Le groupe Lion Air exploite la majeure partie des 737NG, soit 116 appareils.

La Russie et l’Arabie signent un deal sur le lease d’avions

La Russie et l’Arabie saoudite vont signer un accord de 700 millions de dollars sur la location d’aéronefs, entre autres accords, lors de la visite du président russe Vladimir Poutine en Arabie saoudite lundi, a annoncé l’agence de presse Sputnik, citant le directeur général du Fonds d’investissement direct russe (FIRV), Kirill Dmitriev.

La semaine dernière, le responsable du RDIF a déclaré qu’un des accords, qui sera signé lors de la visite, se chiffrerait à 700 millions de dollars américains, sans toutefois préciser aucun détail.

« (Ce sera un accord) dans le domaine de la location d’aéronefs. C’est un contrat d’une valeur de 700 millions de dollars américains … Ce sera l’un des plus importants contrats », a déclaré Dmitriev à la presse.

Il a ajouté que de nombreux accords, liés aux chemins de fer, devaient également être signés à Riyad lundi.

« Il y aura également un accord dans le domaine de la pétrochimie, avec Sabic (de l’Arabie saoudite), mais pas avec Sibur (de la Russie) », a déclaré Dmitriev.

Poutine doit se rendre en Arabie Saoudite lundi. The Love Plane Selon Yury Ouchakov, assistant du Kremlin, l’ordre du jour de la visite comprendra des entretiens avec les plus hauts responsables saoudiens sur la Syrie, le Yémen et la situation dans le golfe Persique, ainsi que sur la coopération bilatérale dans le secteur de la défense et de l’énergie.