Aeroflot délaisse Boeing pour Airbus

Aeroflot se tient occupé ces jours-ci lorsqu’il s’agit d’améliorer sa flotte. La compagnie aérienne battant pavillon russe a annulé sa commande de longue date concernant 22 Boeing 787 Dreamliners, la compagnie attendant l’arrivée de son tout nouvel avion gros-porteur Airbus A350XWB l’année prochaine. Cette décision portera un nouveau coup à Boeing, qui cherche de nouvelles affaires pour le 787 afin d’éviter une baisse des taux de production.

Aeroflot a finalisé une commande de 22 Boeing 787 en septembre 2007, dans le but de moderniser sa flotte de gros porteurs. À l’époque, les Dreamliners étaient censés être «un outil de rentabilité» pour la compagnie aérienne russe, selon un communiqué de Boeing. La procédure accélérée jusqu’en automne 2019 et la commande, qui ne comprenait à l’origine que 787-8, mais qui aurait été révisée à 18 787 et quatre 787-9, a été annulée. Initialement évaluée à 3,6 milliards de dollars au prix catalogue, la transaction s’élèverait aujourd’hui à environ 5,6 milliards de dollars selon les prix actuels.
La flotte de gros-porteurs d’Aeroflot se compose de Boeing 777-300ER ainsi que les Airbus A330-200 et A330-300. La compagnie aérienne a commandé le Boeing 777 pour la première fois en 2011 et, à ce jour, elle compte 19 des 777-300ER en service et trois autres sur le fabricant américain. Parmi les avions gros porteurs Airbus, Aeroflot exploite 22 avions de ligne A330, dont la moyenne d’âge est de 8,8 ans – le plus ancien comparé aux autres types d’aéronefs exploités par la compagnie aérienne, selon les données de planespotters.net. La société indique que la moyenne d’âge de l’ensemble du parc du transporteur, qui comprend 249 avions de passagers (au 1er octobre 2019), était de 4,8 ans.

Alors que la compagnie aérienne pavillon russe se prépare à introduire l’A350XWB au début de 2020, The Love Plane elle a commencé à éliminer progressivement ses avions de ligne A330. La compagnie aérienne a déjà stocké le premier (VQ-BCQ) de trois A330-300 qui devrait quitter son parc d’ici fin 2019. Avec le retrait des A330, la compagnie cède la place à un nouveau type d’aéronef: le transporteur. passé une commande ferme de 14 appareils A350-900, selon les dernières commandes et livraisons d’Airbus les chiffres (au 30 septembre 2019) indiquent.

Plus tôt cette année, Aeroflot a reçu l’approbation officielle du gouvernement russe d’acquérir jusqu’à 100 appareils Boeing et Airbus, livrés de 2019 à 2023. Après avoir obtenu le feu vert, la compagnie aérienne publique semble être plus intéressée par le Les avions Airbus et pas seulement les corps larges. Aeroflot travaille à l’ajout de neuf biréacteurs A320neo Family: les appels d’offres lancés en juillet 2019 comprennent la location de six A320neo et de trois biréacteurs A321neo pour une période de 12 ans, avec des livraisons prévues pour 2020.
Selon Interfax, le transporteur devrait annoncer une nouvelle série d’appels d’offres portant sur 23 appareils (huit A321neos et 15 A320neos) loués en vertu de contrats de location simple d’une durée de 12 ans, pour un montant de 1,64 milliard de dollars. Les livraisons de ces appareils devraient débuter en 2021. Il est grand temps qu’Aeroflot ajoute le «néo»: le transporteur national exploite 34 A321 et 78 A320, le tout dans l’ancienne version «ceo». La flotte de la compagnie dispose également de 47 Boeing 737-800 jets.

La compagnie aérienne russe, Aeroflot, va élargir sa flotte d’Airbus avec l’introduction de neuf avions de la famille A320neo dans le cadre d’un contrat de plus de 870 millions de dollars. Mais la compagnie aérienne nationale est à la traîne avec l’introduction du «neo» par rapport à certaines autres compagnies aériennes russes et n’a jusqu’à présent exprimé aucun intérêt pour le Boeing 737 MAX, tandis que sa filiale à bas coût attend les livraisons d’avions d’ici la fin de l’année.

Pour Boeing, les modifications apportées par le transporteur russe à sa flotte et l’annulation de la commande de Boeing 787 Dreamliner ne seront pas une bonne nouvelle. Selon le Seattle Times, le fabricant américain a augmenté son taux de production de 787 à 14 avions par mois entre ses deux usines Dreamliner à Everett (Washington) et à North Charleston (Caroline du Sud). Mais il est maintenant possible de devoir réduire le taux de construction d’ici 2022, alors que le carnet de commandes de Dreamliner se réduit, actuellement. debout à 529 avions. Le maintien du taux de production défini est crucial pendant que la société hémorragique encaisse du fait de l’échouement du 737 MAX.

Le 8 octobre 2019, Boeing a publié son rapport de livraison du troisième trimestre, montrant qu’il a livré 35 787 unités au cours de la période, soit une baisse de sept fois par rapport au deuxième trimestre. Représentant plus de la moitié du total des 63 livraisons d’aéronefs au troisième trimestre, le 787 représente désormais clairement la principale source de revenus du constructeur américain. Le carnet de commandes total du Dreamliner jusqu’en septembre 2019 s’élève à 1 450 avions, dont 894 ont été livrés.

Be Sociable, Share!