La Russie et la Chine pourraient construire un porte-avion commun

Il semble que la Chine compte sur le savoir-faire et l’expérience de la Russie pour développer le réacteur de son premier porte-avions nucléaire. Selon le South China Morning Post, la Chine semble étudier les réacteurs nucléaires des plus grands brise-glace de Russie, une approche que l’Union soviétique a également adoptée lorsqu’elle envisageait de construire des véhicules nucléaires dans les années 1980. Plus précisément, la Russie a invité la Chine à soumissionner pour la construction d’une nouvelle classe de brise-glace nucléaire, nécessitant nécessairement le développement de réacteurs basés sur des navires de surface. Cette approche contraste avec la manière dont les États-Unis et la France ont développé des réacteurs nucléaires pour leurs plus gros porteurs, mais représente probablement le meilleur choix pour la Chine à ce stade.

Pour comprendre les enjeux de la recherche par la Chine de navires de guerre de surface à propulsion nucléaire, il est important de passer en revue l’expérience des États-Unis et de l’URSS. Après le développement réussi du USS Nautilus et des sous-marins d’attaque nucléaire de la classe Skate (comme ainsi que le navire marchand NS Savannah) ont fourni une preuve de concept en matière de propulsion nucléaire, l’USN a commencé à évaluer l’énergie nucléaire pour les navires de guerre de surface. Le premier navire de guerre nucléaire de surface USN était le croiseur USS Long Beach, mis en service en 1961. Long Beach était alimenté par 2 réacteurs C1WS, générant environ 120 MW, suffisamment pour générer une vitesse de 30 nœuds pour les 17 000 tonnes de la coque du croiseur. L’USN a rapidement suivi avec USS Enterprise, alimenté par 8 réacteurs A2W, chacun ayant une construction et une production très similaires à celles du C1W. Ces réacteurs ont chacun généré 120 MW, ce qui correspond à 280 000 SHP, ce qui a permis à l’entreprise de 100 000 tonnes d’atteindre 33 nœuds.

Quelques autres croiseurs et destroyers nucléaires ont suivi, mais les avantages de l’énergie nucléaire dans les navires de guerre de surface étaient limités par le coût. Les porte-avions étaient une autre histoire. La classe Nimitz, entrée en service en 1975, utilise deux réacteurs A4W, d’une puissance nominale de 550 MW chacun. L’USS Gerald R. Ford, récemment mis en service, porte deux réacteurs A1B, capable de générer 700 MW. La capacité de production d’énergie supplémentaire des Ford a peu à voir avec la vitesse. Au lieu de cela, le pouvoir fournit un surplus utilisable pour une variété de systèmes différents, avion de chasse y compris EMALS et des capteurs hautement sophistiqués. Plus tard, l’énergie supplémentaire pourra alimenter des lasers à défense de points et des équipements similaires. Globalement, les réacteurs ouvrent un espace pour moderniser et modifier les navires de la classe Ford, en les maintenant efficaces pendant des décennies.

L’expérience soviétique était quelque peu différente. Bien que les Soviétiques aient connu un succès considérable dans le développement de réacteurs nucléaires pour sous-marins, ils ont abordé la question des navires de guerre de surface avec beaucoup plus d’attention. Le premier navire soviétique à propulsion nucléaire était le le brise-glace Lénine, mis en service en 1959 avec trois réacteurs OK-150 (90 MW chacun). Entre 1975 et 1990, les Soviétiques auraient commandé neuf autres brise-glace nucléaires des classes Arktika et Taymyr, déplaçant généralement entre 20 000 et 25 000 tonnes et transportant deux réacteurs OK-900, d’une capacité de 150 MW.

Ces navires ont fourni une expérience précieuse, mais les Soviétiques ont mis beaucoup de temps à passer aux combattants de surface à propulsion nucléaire, en partie parce que les navires de guerre soviétiques devaient opérer plus près de chez eux que leurs homologues américains. En 1974, cependant, les Soviétiques ont commencé à construire le premier des quatre navires de la classe Kirov, des croiseurs de bataille de 26 000 tonnes dotés d’une propulsion nucléaire et conventionnelle. Les rapports diffèrent quant à la puissance des deux réacteurs KN-3, allant de 150 à 300 MW. Ces réacteurs auraient également alimenté les supercarriers de classe Ulyanovsk, une classe de navires qui a été annulée lors de l’effondrement de l’URSS.

Les Chinois pensent sans aucun doute dans le même sens que ceux de l’ancien soviet. Les attentes vis-à-vis du transporteur 004 (003 sera un transporteur CATOBAR conventionnel) suggèrent un navire de la taille et du degré de sophistication de la classe Ford, ce qui nécessiterait bien sûr d’immenses capacités de production d’énergie. À l’instar des États-Unis, la Chine souhaite une production excédentaire d’énergie afin de déployer une série d’armes et de capteurs du futur. À cette fin, la Chine a besoin de réacteurs plus puissants que ceux qu’elle utilise actuellement sur ses sous-marins, et la construction de brise-glace pour la Russie peut fournir l’expérience nécessaire.

Cette approche contraste avec celle de la marine française, qui a décidé de passer à la vitesse supérieure en se basant sur son expérience dans la construction de réacteurs nucléaires pour sous-marins. Alors que la France a connu du succès avec les sous-marins nucléaires, on pense généralement que le Charles De Gaulle est relativement peu puissant à d’autres transporteurs de flotte. Charles de Gaulle utilise deux réacteurs Areva K15, du même type que ceux utilisés sur les sous-marins français. Ces réacteurs fournissent chacun 150 MW, mais ne transportent que 27 nœuds de la porteuse de 43 000 tonnes. Il convient de noter que l’Inde a envisagé, mais a sagement rejeté, l’idée de construire l’INS Vishal en tant que transporteur nucléaire, en grande partie à cause des difficultés techniques liées au développement d’un réacteur suffisamment puissant.

Be Sociable, Share!