Se mettre à l’avion

Je dois être barge. Lorsque je suis à la maison, je suis du genre à cocooner. Après le boulot, mon plus grand plaisir consiste à allumer la télé et à comater devant. Mais ça, ce n’est qu’une partie de moi. Parce que, dès lors que je voyage pour le boulot, je deviens Bob Morane. Dans ces moments-là, j’ai soudainement envie de plonger vers l’inconnu. C’est cette deuxième personnalité qui m’a amené à effectuer, il y a quelques jours, un stage de pilotage d’avion à Nice. Les conditions météorologiques étaient loin d’être parfaites pour ce type d’activité. Il y avait en effet peu de nuage mais pas mal de vent. Mais heureusement, pas assez pour annuler le vol. Et en définitive, le plus important était après tout que les sensations soient au rendez-vous. Et ça tombait bien, car elles l’étaient ! Durant ce vol, j’ai eu la possibilité de m’occuper de chaque phase de vol : j’ai décollé, volé, et atterri sans la moindre difficulté. J’étais, d’une certaine manière, le seul maître à bord. Enfin, pour être parfaitement honnête, mon co-pilote pouvait quand même intervenir s’il me prenait l’envie de m’écraser : il s’agissait en effet d’un avion de formation, où toutes les commandes étaient donc doublées. Piloter un appareil peut sembler assez malaisé, à première vue, mais en réalité, c’est vraiment facile. C’est bien simple, on peut passer son PPL avant même de pouvoir passer le permis de conduire ! Cependant, les sensations sont quand même au rendez-vous. Lorsqu’on se retrouve tout là-haut à bord d’un minuscule appareil, on est au paradis ! C’est le genre de moment où l’on se sent un peu plus vivant ! Au cours du vol, je me suis davantage laissé accaparer par l’altimètre que par le panorama. C’est une erreur que je ne recommettrai pas, si je refais un jour l’expérience. En tout cas, c’est une expérience que je conseille à tous ceux qui veulent redécouvrir le monde d’un autre point de vue ! Ce stage de pilotage d’avion à Nice m’a sorti de mon hibernation ! Davantage d’information sur ce stage de pilotage avion à Nice en suivant le lien.

avion (13)

Baptême en Fouga Magister

S’il y a bien un cadeau que je n’imaginais pas vivre un jour, c’est cette expérience ! Et pourtant, le mois dernier, j’ai en effet fait un vol en avion de chasse. Ca s’est passé à Rennes, et s’est révélée particulièrement violente ! Pourtant, ça a commencé assez simplement. Ce jour-là, je suis allé à l’aéroport, j’ai rencontré Bastien, le pilote, qui m’a fait un briefing sur les consignes de sécurité. Puis je suis ensuite rendu aux vestiaires pour mettre ma combinaison de vol avant de aller sur le tarmac où m’attendait un appareil au design étrange, un Fouga. L’avion ne correspondait pas à l’image qu’on peut se faire d’un avion de chasse, mais a été l’appareil de la Patrouille de France pendant près de 20 ans : autant dire qu’il envoyait du lourd, niveau sensations ! Je me suis hissé dans le cockpit, et quelques minutes plus tard, on était parés au décollage. C’est difficile de décrire ce qu’on éprouve lorsque je me suis retrouvé face à la piste, prêt à décoller. C’est un mélange de peur et de l’enivrement résolument unique. Un peu ce qu’on peut ressentir lorsqu’on est enfant et qu’on se retrouve sur le grand plongeoir de la piscine. On a envie de faire demi-tour, sauf que tout le monde vous regarde. On se met soudain à regretter de s’être laissé embarquer là-dedans. Pourtant, les premières minutes, il n’y a pas de quoi en faire des histoires. C’en était presque décevant, d’ailleurs. Je n’ai pas ressenti l’accélération au décollage, et les premières minutes ont consisté en un simple vol de découverte, plutôt tranquille à mon goût. Mais ce n’était que le temps de prendre mes repères. Parce que quand a entamé la voltige aérienne, j’en ai pris pour mon grade. Dès la première vrille, j’ai compris que ça allait être énorme. Les acrobaties se sont enchaînées sans relâche. La voltige n’a pas duré longtemps, mais lorsqu’on a pris le chemin du retour, on aurait dit que j’avais couru des heures sous le cagnard. Et vous savez ce qu’il y a de pire ? C’est que j’ai adoré ce vol ! Si j’en avais l’occasion, je recommencerais sans hésiter un seul instant. Je mets le lien vers mon vol en fouga magister.

L’Algérie redéveloppe son armée de l’air

L’Algérie a reçu les huit premiers chasseurs de type Su-30MKI(A) en application du contrat conclu en 2015 sur la livraison de 14 appareils de ce type, annonce le blog militaire russe bmpd, relayé par le site d’information russe Sputnik news. Les six avions de chasse restants, assemblés à l’usine aéronautique d’Irkoutsk en Sibérie, seront livrés d’ici 2018. C’est le troisième contrat sur la livraison de chasseurs russes de ce type à l’Algérie qui compte d’ores et déjà dans ses escadrilles 44 Su-30MKI(A), précise-t-on de même source. Au total, l’usine aéronautique d’Irkoutsk a produit 29 avions Su-30, dont 21 Su-30SM et huit Su-30MKI(A) destinés à l’Algérie. Le premier avion de ce lot a été testé le 10 novembre 2016. Source: http://www.vol-mig.fr

Pas de Rafale pour le Brésil

Le Rafale n’ira pas au Brésil. Le gouvernement brésilien a tranché en faveur de l’avion de chasse Gripen NG du Suédois Saab dans l’appel d’offres portant sur l’achat de 36 appareils, pour un montant estimé à plus de cinq milliards de dollars. L’information a été confirmée, mercredi 18 décembre, par le ministre brésilien de la Défense. Ce choix constitue un sérieux revers pour le Rafale français qui était l’un des appareils en compétition. Retour sur ce nouvel échec pour l’appareil du constructeur Dassault Aviation, qualifié d’invendable. Après plus de dix ans de discussions et de reports en raison de coupes budgétaires, la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a finalement opté pour un appareil considéré comme le moins cher des trois choix qui se présentaient à elle. Le Gripen NG était ainsi en concurrence avec le Rafale de Dassault Aviation et le F/A-18 Super Hornet de l’américain Boeing. Le « choix était fondé sur l’équilibre entre trois points : le transfert de technologie, le prix de l’avion et le coût de son entretien », a expliqué le ministre brésilien. Selon la presse locale, le Suédois avait également la préférence des militaires brésiliens. Déçu, le groupe Dassault Aviation a regretté le choix du Brésil, estimant que l’avion de chasse suédois était moins performant que l’appareil français. « Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d’origine tierce, notamment américaine, qui n’appartient pas à la même catégorie que le Rafale. Monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix », a commenté le constructeur français dans un communiqué publié mercredi soir. Interrogé sur cette question du prix, jugé trop élevé par Brasilia, Olivier Dassault, un des héritiers de l’empire industriel français, a rétorqué sur la chaîne LCI : « Mais il est quatre fois meilleur, la qualité a un prix ! » Selon lui, « cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au Rafale, ni le niveau de la technologie offerte ». L’appareil accumule les déceptions, à tel point que Dassault Aviation ne l’a encore jamais exporté. Le constructeur français espère donc beaucoup de New Delhi avec qui il est toujours en négociation pour finaliser la vente de 126 Rafale, dont 108 à assembler par des industriels indiens. La commande est estimée à plus de 12 milliards de dollars. « Je vous rappelle que l’Inde a pris la décision et qu’aujourd’hui, c’est une décision sur le plan technique, mais la décision est prise. Donc il faut arrêter de dire que le Rafale n’est pas vendu, c’est le meilleur avion du monde, dans tous les combats avec les avions américains, suédois, il gagne », s’est encore exclamé Olivier Dassault,

Le challenge de la rénovation des Mirages

Le projet de loi de finances 2016, dans la partie Défense, prévoit le lancement de la phase d’industrialisation de la rénovation à mi-vie de la flotte de Mirage 2000D dès la fin de l’année 2015. Ceux-ci ne seront en effet pas retirés du service actif avant 2030, nécessitant donc quelques travaux de modernisation. Une rénovation « cruciale », selon l’ancien chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Denis Mercier, qui déclarait en avril 215 que la cible fixée « pour tenir dans la durée » était de 55 Mirage 2000D modernisés. Le PLF 2016 ne rentre pas dans les détails des modifications qui seront apportées aux avions spécialisés dans l’attaque au sol et l’assaut dans la profondeur, mais précise tout de même que la rénovation traitera des « obsolescences techniques », tout en apportant une capacité de tir canon air-sol et de missile d’autoprotection air-air MICA infrarouge. Si le Livre Blanc 2013 prévoyait la livraison de six exemplaires rénovés d’ici la fin de la LPM en 2019, le document concernant le projet de loi de finance 2016 se montre plus vague, se contenant d’évoquer de « premières livraisons » en 2019. L’armée de l’air possède à l’heure actuelle une flotte de 63 Mirage 2000D, dont la mise en service date de 1993. Selon le dernier bilan du général Mercier en avril dernier, 30% du personnel affecté aux 2000D est projeté en opération « en permanence ». Un constat qui a notamment amené à déployer des Mirage 2000N en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal, afin d’alléger la charge sur les aviateurs mettant en œuvre les 2000D. Source: challenge commercial

654654654

Baptême en avion de chasse Sud de la France

Envie de faire le plein de sensations cet automne, alors faites un vol en avion de chasse en Fouga Magister dans le Sud de la France à Aix en Provence. Cette opportunité ne sera disponible que pendant le mois d’Octobre. Alors inscrivez-vous vite avant qu’il n’y ai plus de place. Cet avion unique et instantanément reconnaissable grâce à sa queue en V, est l’ancien avion de la Patrouille de France. Un avion très agile pour un maximum de frissons, sécurisant avec ses deux moteurs, et avec une large verrière offrant une vue imprenable. Les pilotes sont des pilotes d’exception, dotés d’une très grande expérience.. Avion de légende de la patrouille de France, le Fouga Magister est un avion de chasse d’entraînement, ultra agile, qui demeure l’un des préférés des pilotes de l’armée française. Avez-vous l’étoffe des héros ?

vol-avion-chasse

Montez à bord du Fouga Magister et expérimentez jusqu’à 6G. Vol à basse altitude, voltige, manœuvres tactiques… cette expérience est tout simplement extraordinaire. Le Fouga Magister a été conçu au tout début des années 1950, pour répondre à une demande de l’Armée de l’air française. Deux prototypes furent réalisés : le premier avec l’empennage en « V » et le second avec un empennage classique. Malgré le crash du prototype en « V », cette formule aérodynamique fut retenue pour les exemplaires de série. La production démarra en 1953, l’Armée de l’air ayant commandé 5 avions de pré-série et 95 de série. En 1954, le Fouga Magister est retenu par l’OTAN comme avion à réaction d’entraînement de base. Les commandes affluent alors de plusieurs pays, et une production sous licence est lancée en Allemagne, Israël et Finlande. Au total, 929 exemplaires seront construits, dont certains sont toujours en service cinquante ans plus tard.
Une version modifiée pour l’Aéronavale française a été développée à partir de 1954 : le CM175 Zéphyr, qui fit son premier vol le 31 juillet 1956. Elle est équipée d’une crosse d’appontage, d’une verrière coulissante et d’un train d’atterrissage renforcé, afin d’entraîner les pilotes de l’aéronavale à l’atterrissage et au décollage depuis un porte-avions.

Suivez le lien pour réserver votre baptême en avion de chasse et avoir plus d’informations sur ce vol en avion de chasse depuis Aix en Provence >> http://www.tematis.com/vol-avion-chasse-sud-france.html

Baptême en avion de chasse à Pontoise

Un nouvel avion de chasse sera présent à partir de début Mai sur l’aéroport de Pontoise, à proximité de Paris. C’est l’occasion pour tous les amateurs de sensations fortes et de passionnés d’aviation, de faire votre baptême en avion de chasse sur Fouga Magister à Paris Pontoise. Vivez l’expérience d’un pilote de chasse en effectuant un vol en avion de chasse. Cette expérience à sensations fortes se réalise depuis Paris Pontoise, de début Mai à fin Juillet.

vol-avion-chasse-pontoiseC’est l’occasion de vous glisser dans la peau d’un pilote de chasse, et d’effectuer toutes sortes de manœuvres de voltige façon Top Gun. En décollant de Paris Pontoise vous survolerez les méandres de la Seine et la beauté du Vexin. A découvrir, même la tête en bas ! L’Aérospatiale-Potez-Fouga CM170 Magister est un avion à réaction conçu en France au début des années 1950, et initialement destiné à l’entraînement des pilotes militaires. Reconnaissable à son empennage arrière en « V » (dit « papillon »), il a été fabriqué à un millier d’exemplaires et utilisé par une vingtaine de pays. De nombreux exemplaires sont toujours en service de nos jours. Grâce à ses capacités, le Fouga Magister a été adopté comme avion de voltige élémentaire de plusieurs patrouilles acrobatiques, dont la fameuse Patrouille de France qui l’a utilisé pendant 24 ans (de 1956 à 1980). Quant aux pilotes, ils sont hautement qualifiés, dont certains avec un passé militaire comme pilote de chasse, leader ou pilote au sein de la Patrouille de France, et surtout avec l’envie de partager leur passion. Les pilotes volent en fonction de votre tolérance au G (force d’accélération), et vous êtes en constante communication avec le pilote pendant votre vol en avion de chasse. Votre vol est un vol découverte des sensations de l’avion de chasse, avec trois phases : une première phase de sensibilisation, une phase de voltige, et une phase de vol à basse altitude. En décollant de Paris Pontoise, vous survolez les méandres de la Seine jusqu’à un axe de voltige pour effectuer les évolutions au dessus du Vexin. Pour en savoir plus, allez sur vol en avion de chasse Pontoise (suivez le lien pour en savoir plus).

Vol en Strikemaster

Le Strikemaster est un avion dérivé du BAC Jet Provost qui n’est pas un avion de chasse, mais un avion d’entrainement datant des années 1950. Le Strikemaster a été principalement développé comme une version d’entrainement et d’attaque. L’avion bénéficie d’un fuselage renforcé, d’un moteur plus puissant que le BAC Jet Provost et des systèmes de communication plus perfectionnés.

strikemasterLe Strikemaster commencé à voler dans les années 1967. Au total, 146 avions ont été construits et l’avion a connu un joli succès commercial, notamment car l’avion été capable d’atterrir un peu partout, y compris sur des terrains difficiles. Ce qui était parfait notamment en mode échappatoire à basse altitude. Néanmoins, le jet a montré rapidement des signes de fatigue, et des craquèlements. Il ne reste que 12 Strikemaster aujourd’hui. Australian Jet Adventure vous propose de voler à bord de cet avion, à proximité de Melbourne, en Australie. Chaque vol commence par un briefing sur le vol. Vous pourrez choisir entre 20mn et 60mn de vol. Seules contraintes, avoir plus de 16ans, peser moins de 110Kg. La position de vol est très agréable dans le Strikemaster car le pilote et son passer son côte à côte.
Pour en savoir plus : http://austjetadv.com.au/

Vol en avion de chasse en Lettonie

Faites un baptême en avion de chasse sur L39 Albatros à Riga, en Lettonie. Vivez une expérience de vol en avion de chasse avec les pilotes de l’une des meilleures patrouilles acrobatiques en Europe : les Baltic Bees Jet Team. Lorsqu’ils ne sont pas à l’entraînement, vous pouvez monter en place arrière dans l’un des L39 Albatros, et ressentir les frissons et émotions des pilotes de voltige sur avion à réaction. Votre vol dure 20mn, durant lequel vous pourrez expérimenter loops, tonneaux et autres figures de voltige.

baltic-beesVous serez accueilli sur la base aérienne de Tukums, à 1 heure de Riga.
Présentation de la base et de la patrouille des Baltic Bees Jet Team.
Rencontre avec votre pilote
Visite médicale sur place.
Briefing : sécurité à bord, maniement du siège éjectable, plan de vol, instruments, communication.
Habillage : vous revêtez la combinaison des membres de la patrouille aérienne.
Transfert dans l’avion. Accompagné de votre pilote, faites le tour de l’avion pour une inspection de pré-vol, puis grimpez dans le cockpit.
Briefing sur les instruments de bord dans le cockpit et sur le maniement de la radio. Rappel des consignes de sécurité à bord.
Mise en route…

Votre baptême en avion de chasse dure 15/20mn. Votre vol se déroule en plusieurs phase, la première étant une étape d’acclimatation. Le pilote réalise quelques figures pour voir comment le passager réagit. Si tout va bien, il enchaîne avec des figures de voltige telles que réalisées pendant les meeting aériens : loops, tonneaux, cuban eight etc… vous ressentirez les G et la puissance du L39 Albatros.
Atterrissage.

Profitez d’immortaliser ce vol et de faires quelques photos avec votre pilote et l’avion.
Débrief du vol avec le pilote.
Remise d’un certificat de vol sur L39 Albatros

Votre expérience de baptême en avion de chasse sur L39 Albatros est filmée de l’intérieur.

« Bapteme de l’air » est votre guide des expériences aériennes

Baptême en avion de chasse en Fouga Magister

Montez à bord du Fouga Magister, ex avion de la patrouille de France et expérimentez jusqu’à 5 G en vol horizontal, oblique, ou vertical. Regardez le sol défiler sous votre aile à toute vitesse et à basse altitude… reprenez votre souffle… et piquez vers le ciel pour redescendre en looping.

bapteme-avion-de-chasseDéroulé de l’expérience: Rencontre avec le pilote à l’aéroport. Briefing sur le vol, plan de vol, sécurité à bord, instruments du cockpit et manœuvres d’urgence. Enfilez la combinaison de vol et le casque, puis préparez vous à la plus unique des expériences. Temps de vol de 30 minutes. Selon votre aptitude, le pilote vous laissera tenir le manche. Débriefing après le vol. Verre de l’amitié pour célébrer vos premiers pas de pilote de chasse (si vous avez encore des forces pour lever votre verre…) et remise d’un diplôme et d’un insigne pour commémorer ce grand moment.

Le vol est enregistré sur vidéo depuis le cockpit afin d’immortaliser ce moment exceptionnel. Les pilotes : hautement entraînés et qualifiés, avec plusieurs années d’expérience dans l’Armée de l’Air française. Avion : Fouga Magister. L’appareil est maintenu en accord strict avec la réglementation en vigueur. L’Aérospatiale-Potez-Fouga CM170 Magister est un avion à réaction conçu en France au début des années 1950, et initialement destiné à l’entraînement des pilotes militaires. Reconnaissable à son empennage arrière en « V » (dit « papillon »), il a été fabriqué à un millier d’exemplaires et utilisé par une vingtaine de pays. De nombreux exemplaires sont toujours en service au début du XXI siècle.
Grâce à ses capacités, le Fouga Magister a été adopté comme avion de voltige de plusieurs patrouilles acrobatiques, dont la fameuse Patrouille de France qui l’a utilisé pendant 24 ans (de 1956 à 1980). Le Fouga Magister a été conçu au tout début des années 1950, pour répondre à une demande de l’Armée de l’air française. Deux prototypes furent réalisés : le premier avec l’empennage en « V » et le second avec un empennage classique. Malgré le crash du prototype en « V », cette formule aérodynamique fut retenue pour les exemplaires de série. La production démarra en 1953, l’Armée de l’air ayant commandé 5 avions de pré-série et 95 de série.
En 1954, le Fouga Magister est retenu par l’OTAN comme avion à réaction d’entraînement de base. Les commandes affluent alors de plusieurs pays, et une production sous licence est lancée en Allemagne, Israël et Finlande. Au total, 929 exemplaires seront construits, dont certains sont toujours en service cinquante ans plus tard.
Une version modifiée pour l’Aéronavale française a été développée à partir de 1954 : le CM175 Zéphyr, qui fit son premier vol le 31 juillet 1956. Elle est équipée d’une crosse d’appontage, d’une verrière coulissante et d’un train d’atterrissage renforcé, afin d’entraîner les pilotes de l’aéronavale à l’atterrissage et au décollage depuis un porte-avions.

Suivre le lien pour réserver votre bapteme en avion de chasse en Fouga Magister