Une panne moteur

Un pilote de TransAsia Airways a crié: «Mayday! Au secours! Extinction moteur! »Avant que l’avion ne se retourne et s’écrase dans une rivière à Taiwan, faisant 40 morts – et des responsables enquêtent maintenant pour savoir si l’équipage, salué comme un héros, aurait pu commettre une erreur tragique dans le crash de TransAsia. Les deux moteurs du turbopropulseur ATR 72 ont cessé de produire de la puissance l’un après l’autre, laissant l’avion voler sans poussée pendant plus d’une minute. Les alarmes du poste de pilotage ont retenti pour le premier moteur qui a cessé de produire de la puissance, mais l’équipage a alors entendu parler de l’arrêt de l’autre moteur avant que celui-ci ne produise également de la puissance. Les avions commerciaux peuvent voler avec un seul moteur en fonctionnement, et les autorités n’ont communiqué aucune information des enregistreurs indiquant pourquoi les pilotes ont arrêté le moteur en fonctionnement. Ils ont toutefois déclaré vendredi qu’une perte de poussée combinée avait provoqué le décrochage de l’avion presque neuf peu après le décollage. L’appareil a ensuite basculé par-dessus des bâtiments et s’est incliné fortement vers la gauche avant de s’écraser à l’envers dans la rivière peu profonde. Des responsables à Taiwan et des analystes du secteur ont déclaré que les preuves présentées à ce jour soulèvent des questions quant à savoir si l’équipage a pu couper accidentellement le mauvais moteur. « Il doit y avoir quelque chose qui cloche avec ce que l’équipage a fait », a déclaré un responsable de l’Autorité de l’aviation civile (CAA), qui n’a pas voulu être identifié en raison de la sensibilité du problème. «C’est très difficile d’éteindre un moteur après le décollage. Il doit être vérifié deux fois par l’équipage.  » C’était le deuxième crash de TransAsia en sept mois et le cinquième impliquant la compagnie aérienne depuis 1995, soulevant des questions sur les normes de sécurité du troisième transporteur taïwanais. La CAA a déclaré que les tests en vol ne concerneraient que les 71 pilotes ATR de TransAsia, et non ceux qui pilotent ses appareils Airbus. Les pilotes de China Airlines et d’EVA Air, les deux plus grandes compagnies aériennes de Taiwan, n’ont pas été testés. Source : Dans les airs.

Be Sociable, Share!