Les futurs achats d’avions

Les compagnies aériennes mondiales achèteront 3,5 milliards USD d’aéronefs au cours des 20 prochaines années pour répondre à la demande incessante de voyages à destination et en provenance des « mégapoles » en pleine expansion de l’Asie et renouveler les anciennes flottes dans l’ouest du pays, a annoncé lundi Airbus. Dans le cadre d’une étude de marché annuelle, Aviation Pilot le plus grand fabricant mondial de jets civils a relevé ses prévisions de livraisons d’environ 8% à 27 800 appareils au cours des 20 prochaines années. Le chiffre inclut 900 cargos pour faire face à une expansion projetée du commerce mondial. La société européenne a ignoré la tourmente des marchés financiers, affirmant que la croissance démographique et la croissance urbaine continueraient de favoriser une forte demande dans le secteur de l’aviation. L’industrie s’est rétablie plus rapidement que prévu depuis la dernière récession, mais certains s’inquiètent des perspectives à court terme. « Les gens ont besoin et veulent voler plus que jamais auparavant », a déclaré Airbus dans un communiqué. « Au cours des 20 prochaines années, le secteur de l’aviation devrait rester aussi résistant aux conditions économiques cycliques que par le passé. » Le nombre de passagers-km effectués en km, à savoir le nombre de passagers dans les avions ajustés pour la distance parcourue, augmentera en moyenne de 4,8% par an, ce qui équivaut à un trafic qui a plus que doublé au cours des 20 prochaines années, a déclaré Airbus. Boeing est encore plus optimiste, avec une prévision récente de 5,1% par an en juin. Ces prévisions soulignent la demande croissante de biréacteurs à fuselage étroit ou à couloir unique tels que l’Airbus A320 et le Boeing 737, colonne vertébrale de nombreuses compagnies aériennes. Les deux avionneurs ont décidé d’actualiser leurs modèles les plus vendus avec de nouveaux moteurs afin de réduire les coûts en carburant et de séduire les nouveaux arrivants tels que Bombardier du Canada ou les constructeurs en Chine et en Russie. Airbus a augmenté ses prévisions de demande pour ces avions de 100 à 200 sièges de 7%, pour atteindre 19 200 avions d’une valeur de 1,4 billion de dollars US entre 2011 et 2030. Boeing voit un marché d’une valeur de 2 000 milliards USD, bien que ses données incluent des avions à partir de 90 sièges au lieu de 100. Airbus et Boeing augmentent leurs cadences de production pour répondre à la demande. Cependant, on s’inquiète de ce que l’optimisme des constructeurs d’avions signifie pour les compagnies aériennes à la veille d’une prévision des bénéfices de l’industrie du transport aérien très surveillée par l’IATA. L’Association du transport aérien international a réduit de moitié ses prévisions pour les bénéfices des compagnies aériennes en 2011 en juin et pourrait la réduire à nouveau à la lumière de la crise de la dette en Europe et des craintes d’une nouvelle récession aux États-Unis. Les compagnies aériennes réalisent la majeure partie de leurs bénéfices grâce aux voyages premium. Elles sont considérées comme un indicateur sensible de la confiance des entreprises. De nombreuses compagnies aériennes investissent dans de nouveaux avions légers pour réduire leurs coûts de carburant. Airbus prévoit une forte demande pour les biréacteurs gros porteurs comme le Boeing 787 Dreamliner, qui doit être livré à son premier client japonais la semaine prochaine après trois ans de retard, ainsi que des versions plus petites de son propre A350. Airbus a augmenté ses prévisions concernant les avions à réaction de 250 à 300 sièges de 11%. L’enquête Airbus est également un indicateur de la prochaine grande bataille avec Boeing sur l’avenir des mini-jumbos comme le Boeing 777, qu’Airbus a contré avec son futur A350-1000. Boeing doit décider, dans l’année à venir ou non, de redessiner le 777 ou tout simplement de faire remplacer ses moteurs par des moteurs afin de conserver sa position dominante sur le marché des 350 à 400 places. Airbus prévoit une demande de 2 100 nouveaux avions dans cette catégorie au cours des 20 prochaines années. Cependant, Airbus et Boeing continuent de ne pas s’entendre sur la demande des géants de l’industrie – l’Airbus A380, le plus grand avion de ligne du monde, avec 525 sièges, et le 747 Jumbo récemment rénové de Boeing. Airbus envisage un marché de 600 milliards de dollars US pour des avions de 400 sièges ou plus, représentant 1 781 unités. Boeing prévoit une demande inférieure à la moitié, soit 820 avions. Boeing estime que le transport aérien long-courrier se divisera en un nombre croissant de routes directes conduisant les gens là où ils veulent aller, plutôt que de changer d’avion au niveau des hubs, un système connu sous le nom de déplacement point à point. Airbus pense que les hubs pour lesquels son A380 a été conçu resteront essentiels et que nombre de ces carrefours aériens deviendront des destinations à part entière. Jusqu’à présent, le marché a principalement voté avec Boeing, optant pour la prochaine génération d’avions de taille moyenne comme le 787, capable de voler plus loin avec moins de carburant. Mais Airbus maintient que son projet A380 sera couronné de succès en raison de la demande de l’avion à impériale en Asie et au Moyen-Orient. Jusqu’à présent, il en a vendu 236.

Be Sociable, Share!