Accord Boeing-Embraer, La Dimension Cachée

Les deux sociétés ont, selon leur propos, posé les bases d’un partenariat mutuellement profitable. Embraer, premier constructeur mondial d’appareils commerciaux embarquant moins de 150 passagers, va bénéficier de la force de frappe du réseau commercial de Boeing. De son côté, Boeing va pouvoir élargir la gamme de son offre à moindre coût. Rien là de bien étonnant selon les observateurs avertis. Les « lois » du marché conduisaient nécessairement à cette entente. Chinois, Japonais et Russes sont entrés dans une danse compétitive redoutable pour les entreprises qui jusque là dominaient l’offre en avions commerciaux. En octobre dernier, Airbus avait pris le contrôle de Bombardier, numéro 2 mondial derrière Embraer, sur le segment des aéronefs de moins de 150 passagers. Embraer et Boeing étaient donc, selon les experts, poussés à se marier. Les termes de cette union méritent examen. En effet, les modalités de l’accord révèlent une dimension cachée, bien que considérée sans doute comme naturelle et inévitable par les consultants et acteurs du monde économique. Embraer, en signant cet accord, cesse d’exister comme entreprise intégrée et autonome.

Les entraînements au combat aérien. ↑ a et b Facon 2010, p. ↑ Le siège éjectable MK16 sur le site de Martin-Baker. ↑ Facon 2010, p. ↑ (en) « Dassault Aviation: Dassault Rafale », sur Jane’s All the World’s Aircraft 1999-2000, Université Politehnica. ↑ « M88 Fact Sheet », Snecma. ↑ « F-22 RAPTOR s’adapter pour durer », Air et Cosmos, no Hors série. Les avions de combat, 2012, p. ↑ « La DGA prépare l’avenir du Rafale », Air et Cosmos, no 2269, 10 juin 2011, p. ↑ « RBE2-AESA : quels avantages comparatifs ? », Défense & Sécurité Internationale, no 88, 1er janvier 2013, p. », Air Fan, no 404, 1er juillet 2012, p. ↑ Jean-Marc Tanguy, « Le Charles-de-Gaulle à la guerre », Raids Aviation, no 19, juin-juillet 2015, vol l39 p. ↑ « Défense » Rafale » Omnirole dès l’origine », Dassault Aviation. ↑ Jean-Marc Tanguy, « Avec les chevaliers de l’apocalypse », Raids aviation, no 11, février-mars 2014, p. ↑ Jean-Marc Tanguy, TLP Albacete 2016, RAIDS Aviation 24, avril-mai 2016, p. ↑ a et b « Il y a vingt ans, Dassault Aviation faisait voler le Rafale », Mer et Marine, 4 juillet 2006 (lire en ligne). ↑ a et b Daniel Reiner, Xavier Pintat et Jacques Gautier, « Projet de loi de finances pour 2015 : Défense : équipement des forces : IV. « titre » manquant. https://www.dassault-aviation.com/wp-content/blogs.dir/1/files/2019/01/DASSAULT-AVIATION-Communique-financier-7-Janvier-2019.pdf. ↑ a et b « Rafale Marine », Marine nationale. ↑ a b c d e f g et h « Caractéristiques et performances », Dassault Aviation. ↑ a et b Jean-Dominique Merchet, « Dissuasion-vous avez dit La Réunion ? ↑ a b c et d Henri-Pierre Grolleau, « Rafale, Chasseur omnirôle », Air Fan, no 431, 1er octobre 2014, p. ↑ a b c et d Williams 2002, p. ↑ a b c d e f et g André Bréand (préf. RAFALE, la suprématie aérienne, Boulogne-Billancourt, ETAI, 2005, 192 p. André Bréand, rédacteur en chef de Aviation Magazine et Air & Cosmos.

Le porte-avions Charles-de-Gaulle, accompagné du groupe aéronaval, appareille du port militaire de Toulon le 13 janvier 2015 pour une mission d’environ cinq mois. ]. Il n’y avait qu’un seul pilote à bord, le capitaine Emmanuel Moriuser, qui ne s’est pas éjecté et est décédé. Le Rafale volait non armé, de nuit et par temps de pluie. ]. L’avion est rapidement réparé et reprend son service quelques semaines plus tard. ]. Le pilote du Rafale M22, le capitaine de frégate (R) François Duflot, est décédé. ]. Un problème de gestion de carburant serait à l’origine du crash. M.S. Lourenço et R. Pistis, Flottille 66, t. ↑ Soit, pour une température de -56,5 °C : 1 925 km/h. ↑ Finalement, la loi sera abrogée pour permettre l’acquisition par la Marine de Harrier Britanniques. ↑ La durée de vie du TOP est seulement d’une centaine d’heures et, en cas de panne, c’est l’ensemble du RBE2 qui se retrouve hors-service. ↑ (en) Jacek Siminski, « Poland about to buy 64 fifth generation fighter jets. ↑ (pl) « Polskie F-35 od 2021? ↑ « C’est non! ↑ « L’échec du Gripen ouvre l’appétit du Français Dassault » in Le Matin. ↑ « Exigences fixées pour le nouvel avion de combat et le système sol-air ! ↑ Jean Guisnel, « Rafale : les dessous d’un fiasco », L’Express, 22 octobre 2007 (lire en ligne). ↑ a et b Anne Bauer, « La France propose à la Belgique une alliance autour du Rafale », Les Échos, 8 septembre 2017 (lire en ligne). ↑ (en) Air Combat Capability Program : Request for Government Proposal, 2017, 247 p. ↑ (nl-BE) Wim Van de Velden et Stefaan Michielsen, « Parijs haalt zwaar geschut boven voor Rafale-vliegtuigen », De Tijd, 27 décembre 2017 (lire en ligne). ↑ a et b Anna Bauer, « La Belgique s’interroge sur le Rafale de Dassault », Les Échos, 27 décembre 2017 (lire en ligne).

Enfin, des efforts ont été faits pour réduire la surface équivalente radar, grâce notamment à l’utilisation étendue de matériaux absorbant les ondes radar. ], est quasiment identique au C01. Hormis le fait qu’il s’agit d’un biplace, le B01 est plus lourd de 700 kg et sa capacité en carburant est réduite de 500 litres. L’entrée d’air du circuit de refroidissement est modifiée pour loger le deuxième poste de pilotage, identique au premier et interchangeable, indispensable aux complexes missions de pénétration. La Marine nationale dispose d’une version spécifique du Rafale, dénommée Rafale M (pour « Marine »), en raison de la particularité des opérations menées à partir d’un porte-avions. ] piloté par Yves Kerhervé, pilote d’essai marine chez Dassault. D’une livrée grise, il est quasi identique au Rafale C01. ] Eric Gérard, lui-même pilote d’essai marine de Dassault et qui deviendra le pilote de présentation Rafale dans les meeting aériens dans les années suivantes, effectue le premier vol du second prototype M02 sur la base d’Istres. L’année suivante les prototypes M01 et M02 effectuent les premiers tests sur le porte-avions Foch. Usine de GMA Seclin : pièces de structures importantes, telles que des cadres, des longerons. Usine de Dassault Martignas : voilures. Usine de Dassault Biarritz : panneau de voilure et dérives, ainsi que les 350 éléments de structure en matériaux composites. Usine de Martignas : assemblage par des robots et pour la première fois dans l’histoire de l’aéronautique de la voilure à partir des panneaux de Biarritz. Usine de GMA Poitiers : verrière et plans canards, et les pièces réalisées par SPF/DB. Usine de Snecma Evry-Corbeil : fabrication des pièces de moteurs M88. Usine de Snecma Villaroche : assemblage et test des moteurs M88. Usine de THOMSON Pessac : radar RBE2 et autres systèmes. Usine de Dassault Argonay : commandes de vol électriques et servocommandes. Dassault reste le seul avionneur au monde à construire lui-même ses commandes de vol selon le souhait de Marcel Dassault. Usine de Dassault Mérignac : chaîne d’assemblage final des sous-ensembles produits par les usines de Dassault, Snecma et Thomson et des équipements fournis par les 500 autres sous-traitants. Le standard F1 ne comportait ainsi que des fonctions air-air.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire