Un A380 sous les glaces du Groenland

Les chercheurs de la Commission géologique du Danemark et du Groenland ont récupéré des glaces du Groenland la plaque tournante des ventilateurs de l’Airbus A380 d’Air France, victime d’une panne moteur non contenue en septembre 2017.

«La localisation et la récupération de la pièce ont été rendues possibles grâce à l’aide de nombreuses personnes talentueuses appartenant à toutes les organisations impliquées», a déclaré Kenneth David Mankoff, chercheur principal à la Commission géologique du Danemark et du Groenland (GEUS).

Le 30 septembre 2017, simulateur Boeing un avion F-HPJE enregistré auprès de l’A380 d’Air France effectuait un vol AF066 entre l’aéroport Paris Charles de Gaulle (CDG) et l’aéroport international de Los Angeles (LAX). L’avion transportait 497 passagers et 24 membres d’équipage. Environ cinq heures après le début du vol, l’avion venait de traverser la pointe sud du Groenland et se trouvait au sud-est de Nuuk lorsqu’un ventilateur et une prise d’air se séparèrent du moteur numéro quatre, un GP7200 construit par Engine Alliance (consortium constitué de General Electric et de Pratt & Whitney).

Deux heures plus tard, l’aéronef a atterri à la Base des Forces canadiennes Goose Bay (YYR). L’incident n’a causé aucune blessure. Comme Goose Bay n’était pas apte à accueillir les 521 personnes à bord, elles n’ont pas été autorisées à débarquer tant qu’un avion de remplacement n’est pas arrivé pour les emmener à destination.

Le Groenland faisant partie du Royaume de Danemark, c’est le bureau d’enquête danois sur les accidents (AIB DK) qui a délégué l’enquête au bureau d’enquête français (BEA).

Certaines des pièces ont été récupérées sur la piste, mais la plupart d’entre elles, y compris l’éventail, sont tombées au Groenland. À l’aide des données de l’enregistreur de données de vol (FDR), le BEA a déterminé le la trajectoire et la position de l’aéronef au moment de la défaillance et délimitent une zone de recherche.

Cette zone s’est avérée être un terrain couvert de glace avec des conditions météorologiques extrêmes. Quelques pièces supplémentaires pourraient être localisées et récupérées, mais le reste fut rapidement recouvert de neige.

Quatre opérations, dirigées par la Commission géologique du Danemark et du Groenland (GEUS), ont eu recours à des technologies de pointe pour localiser les pièces manquantes.

Un Falcon 20 de la société privée AVDEF était équipé de SETHI, un système de radar à synthèse d’ouverture (SAR) développé par l’ONERA, le laboratoire français de l’aérospatiale. Les données récupérées après ses trois vols ont été utilisées pour localiser des zones de recherche.

Les chercheurs du GEUS ont ensuite utilisé deux dispositifs au sol pour localiser les pièces.

Un instrument électromagnétique transitoire (TEM), généralement utilisé pour cartographier les mouvements des eaux souterraines, a été personnalisé par le groupe HydroGeophysics de l’Université d’Aarhus, au Danemark, afin de pouvoir être remorqué par une motoneige sur la glace. Il a été renommé SnowTEM.

Be Sociable, Share!